Bureau d’étude courant faible

Spécificité du courant faible

Alors que le courant fort est généralement connu dans sa représentation par les gens du commun, le courant faible est au contraire lui souvent sujet au questionnement. Quels sont donc les rudiments de la connaissance en matière de courant faible ? Notre bureau d’étude courant faible tente d’éclaircir cela en indiquant notamment quelques-unes de ses applications, pourtant répandues et utilisées de tous au quotidien.

Un vecteur de données

Un courant faible possède une intensité nettement inférieure au courant fort et il n’est pas dangereux de rentrer en contact direct avec lui. En effet, son intensité n’excède jamais le seuil de 10 mA. Il n’est pas un vecteur d’énergie pour mettre un moteur en mouvement ou pour procurer de l’éclairage par exemple. Sa vocation est strictement confinée au fait de transmettre des informations. Dans un habitat, il se situe en partance d’un coffret situé au sein de la Gaine Technique Logement (GTL). Sont concernés à titre d’exemple par une telle typologie de services, le réseau informatique, la ligne téléphonique, les alarmes, les caméras de vidéosurveillance, la fibre optique et la domotique. L’appareillage induit à l’utilisation du courant faible est en effet extrêmement multiple et varié. Vous pouvez aussi aisément repérer le genre de prise que l’on emploie afin de se connecter à cette source électrique spécifique. Il s’agit de la prise RJ45. Ce modèle de prise se cable selon des codes couleurs particuliers et elle possède en son centre un orifice unique afin d’y insérer la tête d’un câble. La mise en place de ce matériel est très méticuleuse étant donné la finesse des fils électriques que l’on y rencontre. Le professionnel qui s’y engage doit donc être muni de patience et être délicat dans la maniabilité d’un tel équipement. Pour certains, cet aspect peut même être plus intéressant.

Bureau d’étude courant faible
Bureau d’étude courant faible

Une évolution très significative

L’apparition du courant faible dans le domaine de l’électricité a considérablement révolutionné de nombreuses approches. L’accessibilité optimale qu’il offre a mis à disposition des individus, des sons et des images en des temps records. De plus, ce matériel est dans une phase d’évolution continue. C’est pour cela qu’un électricien compétent se doit de toujours se tenir informé quant aux nouveaux types d’appareillages arrivant sur le marché. Cela inclut de maîtriser leur mode de fonctionnement ainsi que leur installation.

La fibre optique, exemple phare du courant faible

La fibre optique a particulièrement fait parler d’elle depuis son apparition et elle est en cela connue du grand public qui en est très demandeur. A ce titre, notre bureau d’étude courant faible s’est investi dans son élaboration. Elle fonctionne selon un procédé qui émet des impulsions lumineuses par le biais d’une fibre de verre, ou bien d’un plastique malléable aussi fin qu’un cheveu ! Ce moyen possède une capacité informationnelle bien plus élevée que les autres câbles qui étaient utilisés jusqu’alors. Cela, du fait de ses diodes qui réalisent une réflexion au sein du câble doté d’un noyau et de son revêtement. Chacune de ces deux parties accomplit le phénomène de réfraction de la lumière. Ajouté à cela, la fibre optique est prémunie contre l’induction électrique des câbles situés dans son voisinage.

Bureau d’étude courant faible

Agence Nord
1391 rue de derrière,
62136 Lestrem

Agence Paris
57 rue du Landy,
93400 Saint-Ouen-sur-Seine

Tél: 06 05 28 69 51
Email : contact@sieb-ingenierie.fr